Sigmund est fou et Freud a tout faux

En 2008 René Pommier publiait Sigmund est fou et Freud a tout faux.

Infatigable pourfendeur de tout ce qui lui paraît marqué par la prétention ou la sottise, René Pommier s’est fait connaître comme l’adversaire acharné de la «nouvelle critique», en s’en prenant dans sa thèse de doctorat au Sur Racine de Roland Barthés. Et puis il s’est lancé dans la critique des écrits du père de la psychanalyse. Il a commencé par l’étude des rêves qui, selon Freud lui-même, est la partie de son oeuvre la plus apte à emporter la conviction de ses lecteurs. René Pommier pense, au contraire, que nulle part n’apparaît mieux la faiblesse d’une méthode d’interprétation qui ne retrouve jamais, dans les faits qu’elle étudie, que les idées préconçues qu’elle y a mises. Il publie alors une critique décapante : Sigmund est fou et Freud a tout faux.

Ecoutez l’entretien avec René Pommier

Nous soutenir :


Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Abonnez-vous à Traces

Ne manquez jamais un épisode de Traces

Abonnez-vous lorsque vous appréciez les podcasts :


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s